Le blog d'IDEM

agence de traduction multilingue

Traduire des contenus digitaux 

 

test1 test1 test1 " />

 Quelques exemples de mauvaises traductions qui auraient pu être évitées.

 

Une vitrine numérique est aujourd'hui aussi indispensable qu’une carte de visite pour communiquer sur ses qualités et ses prestations. En 2013, 81% des entreprises ayant fait faillite en France n'étaient pas présentes sur internet ou sur les réseaux sociaux. 

Quel que soit le domaine, (sport, tourisme, e-commerce en général) ou la taille d'une entreprise, la traduction de de type de contenu s’avère productive pour accroître sa visibilité et ses ventes à l’étranger. Son coût s’amortit rapidement grâce à des retombées mondiales.

IDEM vous donne, en trois points, les clés pour réussir la traduction de vos contenus digitaux.

  

 

1 - Que traduire ?

 

Pour traduire vos contenus digitaux, deux erreurs à éviter : tout traduire, et traduire mot à mot. C'est un travail délicat pour lequel il vaut mieux se tourner vers un professionnel.

En premier lieu, il faut sélectionner soigneusement le texte à traduire en fonction de la cible : l'annonce d'un évènement local n'intéressera pas forcément l'ensemble du public visé par votre traduction, qui aurait du mal à être présent du fait de l'éloignement géographique - sauf si bien sûr cette annonce a un impact en termes d'image.

Par ailleurs, le contenu peut nécessiter parfois une adaptation importante.

Si une grille tarifaire peut être traduite par un strict (ou presque) jeu d'équivalence, ce ne sera donc pas du tout le cas de la présentation des services. Dans le domaine de l'hôtellerie par exemple, le public français et le public américain n'auront pas les mêmes attentes en termes d'informations : la taille des chambres, les prestations particulières en termes multimédia par exemple, auront pour ces derniers une importance plus grande que le charme du bâtiment ou de la localisation (même si ces derniers ne doivent bien entendu pas être mis de côté pour autant). 

Il faut également choisir des mots clés locaux qui seront récurrents sur internet et qui favoriseront le référencement de votre contenu sur les moteurs de recherche. Si l'expression anglaise  « low cost flights » pourrait se traduire mot à mot par « voli a basso prezzo », « voli low cost » est en réalité l’expression la plus courante pour les internautes italiens.

 

 

2 - Dans quelle(s) langue(s) ?

 

A ce jour, on compte 2.5 milliards d’internautes dont 540 millions d’internautes communiquant uniquement en anglais. En ne communiquant qu’en anglais, on réduit donc son champ d’action et environ 2 milliards d’utilisateurs ou de clients potentiels sont hors de portés. En outre, plus de la moitié des consommateurs sont prêts à payer davantage si les informations leurs sont fournies dans leur langue maternelle.

Et lorsqu’un utilisateur effectue sa recherche en mettant les mots clés dans sa langue locale, les sites traduits sont mieux classés sur les moteurs de recherche et apparaissent dans les premières pages de Google, Yahoo ou Bing.

Pour bien débuter sa stratégie de traduction, et étant donné le coût que peut revêtir la traduction de volumes souvent importants, il conviendra donc de savoir qui sont les consommateurs de tel ou tel type de contenu de manière générale, mais aussi quel est son public spécifique, à quel degré et dans quel sens on souhaite l'élargir.

L’anglais, le chinois et l’espagnol sont les langues plus populaires sur internet. L'anglais représente sur le web en 2012 un potentiel de consommation de 16.2 mille milliards de dollars. Cependant, le japonais, l'allemand, l'espagnol, le français et le chinois représentent, combinés, un potentiel de 17.4 mille milliards de dollars. Si l'anglais est sans aucun doute la langue la plus importante sur internet, la traduction de votre site dans d'autres langues vous ouvre les portes d'autres marchés. Le chinois par exemple est la langue la plus importante pour augmenter le trafic sur un site internet. 

http://www.internetworldstats.com/

© www.internetworldstats.com

 

Toutefois, ce simple classement ne saurait à lui seul déterminer une stratégie de traduction.

Pour une stratégie de développement en Europe, par exemple, l'allemand et le russe sont des langues à ne pas délaisser. En effet près de 600 millions d'internautes n'ont pas accès aux contenus traduits en anglais et chinois.

Au Royaume-Uni, d’importantes populations sont issues d'Europe de l’Est et des pays arabes. En traduisant dans les langues de ces populations, vous renforcerez  l’image d’une société internationale offrant des services à l’étranger tout en tissant un lien de proximité avec les Britanniques eux-mêmes.

Dans ce même souci de proximité, si votre entreprise ou votre institution se trouve dans une région frontalière, traduire dans la langue(s) de votre voisin est un vecteur important pour tisser des relations de proximité avec un public et une clientèle potentielle des deux côtés de la frontière.

En outre, à l'heure où le web est devenu social - et les grands acteurs de l'internet comme Facebook ou Google l’ont bien compris - il faut traduire si l’on veut cibler ses clients potentiels et faire interagir les internautes locaux. La place des langues locales est importante dans leur stratégie de développement. Facebook, par exemple, compte au moins 70 langues disponibles.

 

http://www.internetworldstats.com/

 © www.internetworldstats.com

 

 

3 - Comment organiser la traduction ?

 

Pour optimiser les coûts de la traduction, le mieux est de l'anticiper au maximum, si possible dès la construction de votre site web, et de parler de vos projets de traduction à votre webmaster afin qu'il vous propose une solution de développement web qui la facilitera.

Quelle que soit la solution choisie, il faudra veiller à ce que le traducteur dispose de l'ensemble du contexte pour s'assurer qu'il n'y ait pas de contresens.

Enfin, un partenariat de long terme avec son équipe de traduction permet une compréhension de plus en plus fine des textes et de leur contexte au fur et à mesure des projets, et permet en outre de combiner accélération des délais et obtention de tarifs négociés pour les mises à jour.

 

 

Il est donc nécessaire d'anticiper vos projets de traduction, en termes de coûts, de délais et de solutions techniques, mais aussi - et surtout - en termes de contenu et de cible de vos messages.

Les contenus digitaux sont néanmoins devenus les premiers lieux de rencontre avec votre public. La production comme la traduction de ces contenus fait passer les frontières à votre activité, dans un contexte où les échanges internationaux ne cessent d’augmenter et où se faire connaître d’un plus large public est essentiel pour rester compétitif.

La gestion de vos projets de traduction digitale est un enjeu important pour élargir votre audience mais aussi pour renforcer l’intérêt que vous porte le public qui vous est le plus proche. Elaborer une stratégie de traduction avec un partenaire de confiance est donc important, IDEM est à vos côtés pour relever le défi.

Retour au site

Merci d'entrer un nom valide.
Merci d'entrer un prénom valide.
Merci d'entrer un email valide.

Le blog d'IDEM